From 1 - 10 / 122
  • Dans le cadre de ses activités de constitution d'un fond de plan PCRS sur 10 départements de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le CRAIG est amené à effectuer des opérations de contrôle basées sur des levés topographiques GNSS. Afin d'assurer la précision planimétrique de 10 cm, il est nécessaire de "rattacher" ces levés à des points de référence géodésique parfaitement connus en coordonnées dans le but de détecter d'éventuels problèmes de précision. Ce rattachement s'effectue en priorité avec les repères du RGF de l'IGN qui constituent la référence géodésique nationale. Néanmoins, les sites du RGF sont parfois difficile d'accès et les repères ont tendance à disparaître. Le CRAIG implante ainsi depuis 2022 des repères pérennes en complément de ceux du RGF pour rattacher ses levés GNSS. Les sites d'implantation choisis répondent à plusieurs critères : - bonne accessibilité routière - stationnement à proximité - support relativement stable et pérenne - bonne réception GNSS. Les repères sont généralement matérialisés par un clou topographique en acier planté dans une surface en béton et signalés par un marquage à la peinture blanche. Chaque repère est l'objet d'une fiche PDF indiquant les coordonnées calculées en RGF93 dans les projections Lambert-93 et Lambert CC45 ou 46, accompagnées de photos et d’éléments de localisation. Les informations sur les repères sont également diffusées via un flux WMS/WFS sous forme de ponctuels portant en attribut : - un identifiant unique - le nom du site - le nom du repère - le code INSEE de la commune d'implantation - la description du site - la date d'implantation - les coordonnées RGF93 - la précision calculée des coordonnées - la version du RGF93.

  • Une zone d’alerte est une unité hydrologique ou hydrogéologique cohérente pour laquelle l’administration est susceptible de prescrire des mesures de restriction. Cette zone peut être tout ou partie d’un sous bassin et sa nappe d’accompagnement, tout ou partie d’une masse d’eau souterraine ou d’un groupe de masses d’eau souterraine. La délimitation des zones d’alerte doit tenir compte des moyens de surveillance existants pour permettre un suivi adapté et établir des conditions de déclenchement. Les modalités de définition des zones d’alerte sont précisées dans l’article R.211-67 du CE.

  • Études sur les risques liés au mouvement de terrain sur la Communauté d'Agglomération du Puy-en-Velay

  • Emplacements réservés (Éléments surfaciques) issus du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Puy-en-Velay

  • Site archéologique (élément surfacique) du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Puy-en-Velay

  • Secteur de programme d'aménagement d'ensemble (Elements surfaciques) (Issus des PLUs)

  • Règles d’implantation des constructions (Éléments surfaciques) (Issus des PLUs) sur la Communauté d'Agglomération du Puy-en-Velay

  • Secteur de plan de masse (Éléments surfaciques) (Issus des PLUs) sur la Communauté d'Agglomération du Puy-en-Velay

  • Jeu de données des cours d'eau de France métropolitaine BD Topage® version 2022 Il n'existe aucune définition normalisée de ce qu’est un cours d'eau. La codification des cours d'eau relève des gestionnaires du référentiel (Agences de l'eau, en concertation avec IGN-OFB-Etat). Les choix de codification sont essentiellement influencés par une approche topographique, basée sur la toponymie de terrain lorsqu'elle existe. Les critères de longueur de drain, de débits, de permanence d'écoulement peuvent être utilisés, en l’absence de sources claires et convergentes sur la toponymie. Un des rôles fondateurs du référentiel pour le système d’information sur l’eau est de proposer une identification des objets hydrographiques sous forme de codes stables, consensuels, utilisables pour produire et maintenir des référentiels dérivés, ou pour y raccrocher des données métier (Stations d’épuration, etc.) Le choix du cours d'eau n'est généralement pas influencé par un de ces usages particuliers, parfois contradictoires entre eux. Note : La gestion des cours d'eau transfrontaliers se fait comme suit : - Cas des cours d'eau situés sur la frontière (faisant frontière) : la géométrie de celui-ci sera intégrée en entier ; - Cas des cours d'eau franchissant la frontière une fois : un Nœud Hydrographique transfrontalier commun sera partagé entre les 2 pays (en attente des délimitations claires des frontières) ; - Cas des cours d'eau faisant des allers-retours entre les 2 pays : la géométrie de celui-ci sera intégrée en entier pour la partie comprise entre son premier et son dernier A/R sur la frontière (même pour la partie située dans le pays voisin). Correspond au concept "Watercourse" d'Inspire.

  • Parcs Naturels Régionaux sur la Communauté d'Agglomération du Puy-en-Velay