From 1 - 9 / 9
  • Modélisation de la distribution des habitats favorables au Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros) à partir de points d'écoute ultrasonores sur les Parcs Naturels Régionaux du Vercors et de la Chartreuse. La probabilité de présence des habitats est multipliée par un facteur 1 000 et elle est calculée à partir du modèle Maxent (Maximum d'entropie).

  • A forest biomass map for French Guiana obtained using the data fusion of LiDAR, radar, optical and other environmental datasets. The precision of the map by comparison to field estimates is around 50 Mg/ha (Mean absolute percentage error = 12%). Lidar spaceborne data (GLAS-ICESat): 2003-2009 Airborne lidar data provided by BRGM: 1996 Airborne lidar data provided by Altoa: 2004-2009 Optical data: 2003-2013 SRTM DEM: 2000 Geological map: 2001

  • A canopy height for French Guiana obtained using the data fusion of LiDAR, optical and other environmental datasets (spatial resolution = 250 m x 250 m). The precision of the map by comparison to a high precision airborne LiDAR canopy height estimates was evaluated at around 3 m (mean canopy height of 30 m). Data years Lidar spaceborne data (GLAS-ICESat): 2003-2009 Airborne lidar data provided by BRGM: 1996 Airborne lidar data provided by Altoa: 2004-2009 Optical data: 2003-2013 SRTM DEM: 2000 Geological map: 2001

  • Modélisation de la distribution des habitats favorables à la Barbastelle commune (Barbastella barbastellus) à partir de points d'écoute ultrasonores sur les Parcs Naturels Régionaux du Vercors et de la Chartreuse. La probabilité de présence des habitats est multipliée par un facteur 1 000 et elle est calculée à partir du modèle Maxent (Maximum d'entropie).

  • A biomass map for Madagascar obtained using the data fusion of LiDAR, optical and other climatic datasets (spatial resolution = 250 m x 250 m). The precision of the map by comparison to field estimates is around 74 Mg/ha. Data years : Lidar spaceborne data (GLAS-ICESat): 2003-2009 Optical data: 2000-2010 SRTM DEM: 2000 Field inventories: 1995-2013

  • Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation / DPMA - Shom Le produit « Limites relatives aux usages de pêche » contient les limites maritimes liées aux usages de pêche et issues des réglementations française et européenne. Ces limites sont gérées par la Direction des pêches maritimes et de l’aquaculture (DPMA) du Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation. Ces limites sont réparties en trois catégories : - la limite intérieure de la bande côtière de pêche (6 milles marins) ; - la limite des 3 milles marins ; - la limite de pêche en Outre-mer (100 milles marins). Le produit « Limites relatives aux usages de pêche » est à utiliser complémentairement au produit numérique « Délimitations maritimes » du Shom qui représente les limites des espaces maritimes de souveraineté ou de juridiction de la France dans le monde. Le produit « Délimitations maritimes » est visualisable sur data.shom.fr (catégorie Limites maritimes) et téléchargeable sur le portail national des limites maritimes (https://limitesmaritimes.gouv.fr).

  • Une masse d'eau côtière est une partie distincte et significative des eaux de surface situées entre la ligne de base servant pour la mesure de la largeur des eaux territoriales et une distance d’un mille marin. Correspondance rapportage DCE : cette entité correspond au concept de Coastal Water Body (CWBODY) de WISE.. Elle permet de définir les objectifs environnementaux, d’évaluer l’état des milieux et ultérieurement de vérifier l’atteinte de ces objectifs. La version diffusée sur le site du SANDRE est conforme au rapportage de 2016 . La prochaine version du référentiel Masse d’eau (masses d’eau provisoires, définies pour l’Etat des Lieux) est prévu pour 2019. Les couches sont diffusées dans un format conforme au dictionnaire de données SANDRE du Référentiel masse d’eau, version 1.3.

  • Le système de traitement d'eaux usées est un ouvrage de dépollution des eaux usées par des procédés divers : biologiques, physico-chimiques... localisés sur un espace géographique continu et homogène. Il est de type urbain, industriel ou mixte en fonction de la nature du maître d'ouvrage. Plus concrètement, quelles que soient les configurations, une station d'épuration est tout l'espace géographique "délimité par la clôture" contenant un ensemble de constructions de génie civil dotées d'appareillages et appartenant à un seul maître d'ouvrage. Le système de traitement d'eaux usées comprend la station d'épuration et le déversoir en tête de station (ouvrage du système de traitement qui permet de dériver tout ou partie des effluents qui arrivent à la station). Le constructeur global de la station d'épuration est la désignation sociale de la principale société de BTP qui a construit la station d'épuration. Quand plusieurs sociétés sont intervenues dans la construction de la station d'épuration, c'est celle qui a réalisé la part la plus importante des travaux qui sera retenue. Quand une station d'épuration a fait l'objet de plusieurs programmes de travaux, c'est le dernier constructeur principal qui est pris en compte. Les informations descriptives sur les systèmes de traitement d'eaux usées relèvent de la responsabilité des Agences de l'eau.